Sécurité routière : Pourquoi on a tort de se focaliser sur la vitesse !
Connect with us
vitesse

Conseils automobiles

Sécurité routière : Pourquoi on a tort de se focaliser sur la vitesse !

Le nombre de morts sur les routes est en chute depuis de nombreuses années. Faut-il croire que la baisse de la vitesse est la seule responsable ?

En centrant le débat et les mesures en matière de sécurité routière sur la vitesse, l’Etat et les associations font fausse route !

Pour eux, si le nombre de tués sur les routes a été divisé par 4 en l’espace de 40 ans en France, c’est en grande partie dû à la politique de répression en matière de vitesse. Néanmoins, ce constat est en grande partie erroné et c’est malheureusement sur ce dernier que le ministère de l’Intérieur se base perpétuellement lorsqu’elle actualise sa politique de sécurité routière, notamment en quadrillant le territoire de radars…

Comprendre les chiffres de la sécurité routière

3 384 personnes ont été tuées sur les routes en 2014 en France, dont un peu moins de la moitié en voiture. Sur ces 1 663 tués, un peu plus de la moitié avaient consommé plus d’alcool qu’il n’est toléré (0,5 g/L) et/ou de la drogue. Le non port de la ceinture de sécurité explique quant à lui 21% des décès sur la route, la fatigue 9%. Tout au plus, la vitesse est donc responsable de 19% des accidents mortels en voiture en France.

L’autre moitié des morts sur les routes correspond donc aux motos, cyclomotoristes, cyclistes et piétons, dont on parle beaucoup moins et dont le nombre d’accidents mortels rapporté aux kilomètres parcourus est beaucoup plus important. De ce fait, ils bénéficient de moins des actions et de la protection des pouvoirs publics, qui restent outrageusement concentrés sur la vitesse des voitures.

La vitesse est un trompe l’oeil 

Cet argument est tout d’abord un peu simpliste, car s’il est évident que la vitesse est un facteur aggravant d’un accident, ce n’est pas pour autant qu’il en est la cause. Souvent d’ailleurs, les gendarmes pointent du doigt la vitesse quand la cause d’un accident est indéterminé, ce qui fausse des statistiques qui ne sont pas fiables puisque l’on compare le nombre de morts d’une année sur l’autre sans qu’il y ait de chiffres sur la variation de la circulation ou le nombre de véhicules…

Expliquer la baisse du nombre de tués sur les routes

Cette baisse s’explique moins par la répression de la vitesse sur nos routes que d’un changement culturel et de l’amélioration technique des véhicules et des infrastructures routières. Jusque dans les années 1990, on pouvait fréquemment rencontrer sur la route des personnes totalement torchées conduisant leur poubelle à 180 km/h, et avec moins de chance de croiser un policier que de mettre sa ceinture. Aujourd’hui non seulement les voitures et les infrastructures sont beaucoup plus sûres et fiables, mais les automobilistes ont adopté des comportements plus rationnels.

Les politiques de sécurité routière à favoriser

Il faudrait être intraitable avec les automobilistes qui ont un comportement intolérable au volant : Vitesse dépassant de plus de 50 km/h celle autorisée, alcool, drogue, téléphone et conduite sans permis.

Des remises à niveau pourraient être proposées en même temps que le contrôle technique du véhicule; mais aussi contraindre les conducteurs de plus de 65 ans à des visites médicales régulières pour déterminer leur aptitude à conduire.

Enfin, il est nécessaire de mieux protéger ceux qui représentent l’autre moitié des morts sur la route en créant plus de glissières pour les motos et en protégeant mieux les trottoirs et pistes cyclables des routes empruntées par les automobilistes. C’est ce qu’a fait la Suède, qui est devenu le pays où il y a les moins de tués sur les routes, en proportion de la circulation (Why Sweden has so few road deaths).

Ce qui bloque

Il s’agit de mesures coûteuses qui ne vont pas dans le sens des mesures prises depuis trente ans. Difficile alors d’imaginer des politiques de sécurité routière allant dans le sens inverse de la répression perpétuelle des automobilistes dépassant de peu des limitations de vitesses établies quand les voitures freinaient et éclairaient très mal et se détruisaient à l’impact. Il en va pourtant de la réussite des objectifs fixés par la France en terme de nombre de morts sur les routes, et du droit de chacun de disposer de routes et de voies sûres quel que soit le mode de transport privilégié.

Written By

Monautonews.com est le blog auto que j’ai créé en 2009 afin de partager ma passion de l’automobile. En plus des actus auto, je réalise des essais comme la Jaguar I-Pace et la Volvo V60.

Publicité
Connect